La blockchain pour les nuls

Aujourd’hui, la blockchain est-elle réellement une révolution numérique ou un simple « buzzword » utilisé comme symbole d’une disruption sans être tout à fait compris par ceux qui en parlent ?

Nous allons tenter de vous expliquer les bases fondamentales de la blockchain dans cet article.

Mais d’ailleurs, qui a créé la blockchain ? Vous ne savez pas ? Il s’agit en réalité de Satoshi Nakamo. C’est un pseudonyme et nous ne savons pas réellement qui se cache derrière malgré les hypothèses avancées par certains analystes.

En quoi la blockchain est-elle si révolutionnaire ?

D’après The Economist, elle pourrait « changer le monde », « c’est une révolution » pour Libération. Ça a l’air plutôt important, mais qu’est-ce donc ?

La blockchain est « une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle. Pour faire simple, c’est une grosse base de données« .

Ce qui est nouveau avec cette blockchain c’est :

  • La transparence : tout à chacun est capable de visualiser l’ensemble des informations, des échanges et tout ça dans le temps. Vous pouvez voir une transaction datant d’il y a 6 ans comme une information créée il y a uniquement 0,001 seconde.
  • Aucune organisation de contrôle : la blockchain est publique et P2P, c’est-à-dire qu’elle est fondée sur des échanges de pair à pair. Personne n’a la main dessus et personne ne peut se l’approprier.
  • Sécurisée : le fait que la blockchain soit distribuée lui permet d’être partout et nulle part à la fois. Elle est hébergée simultanément sur plusieurs machines appelées « nœuds » du réseau. La blockchain ne peut donc pas être hackée (voir partie « Les limites »).
  • Infalsifiable : la blockchain étant un registre publique et P2P, lorsqu’une information (ou une transaction) est inscrite dans un bloc, elle y reste, et ne peut pas être modifiée.

Une petite métaphore de Jean-Paul Delahaye pour illustrer tout ces points :

Imaginez « un très grand cahier, que tout le monde peut lire librement, gratuitement, sur lequel tout le monde peut écrire, qui est impossible à effacer et indestructible. »

Blockchain : comment ça marche ?

La blockchain est un grand registre. Chaque information est inscrite dans un bloc, quand un bloc est rempli de plusieurs informations, il se ferme et un nouveau bloc est créé. Chaque blocs à la suite forment une chaîne : la « blockchain » !

Finalement, c’est plus simple qu’il n’y paraît non ?

Pour aller plus loin, nous allons voir le fonctionnement sécurisé de la blockchain car en plus d’être distribuée entre les pairs et d’être non centralisée, la blockchain est bel et bien, sécurisée !

Dans un premier temps, elle utilise un cryptage asymétrique : c’est un système à deux clés, une publique et une privée. Pour soumettre une information (ou une transaction) dans la blockchain, il faut posséder ces deux clés.

Ensuite, chaque échange doit être validé afin d’être inscrit pour de bon dans la blockchain. Pourtant, sans organisation de contrôle ni de tiers de confiance, qui peut valider ces blocs ? On les appelle des « mineurs », leur rôle est de vérifier la validité des transactions. Ce sont souvent des particuliers, qui vont mettre à disposition la puissance de calcul de leur machine et vont être rémunérés à chaque bloc vérifiés. Les mineurs se sont regroupés en « pool » pour la plupart afin de valider un maximum de blocs en mettant leur puissance de calcul en commun. Aujourd’hui, des fermes de minage voient le jour, en Asie principalement.

Les limites de la blockchain

La blockchain présente pourtant des limites, dont une pourrait lui être fatale.

La blockchain étant basée sur la validation des blocs par les mineurs, il suffirait (ça serait tout de même plutôt complexe à mettre en place) qu’une personne ou qu’un groupe possède au moins 51% de la puissance totale de calcul pour pouvoir perturber la blockchain, modifier des blocs, en supprimer voire en créer.

Aujourd’hui, la blockchain est principalement utilisée par les crypto-monnaies, comme le Bitcoin. Mais cette révolution numérique pourrait mettre un terme à toutes nos sociétés.

En effet, la blockchain pourrait remplacer un état entier. Nous aborderons ce point dans un prochain article dédié uniquement aux possibilités offertes par la blockchain !

À propos Alexandre Augrain

Etudiant à la Web School Factory.

Un commentaire

  1. Samuel Dirringer :)

    Genial! Très bien écrit!!

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*