Redécouverte d’un métier manuel à l’ère du digital.

Bien que les métiers du digital soient en plein essor, cela n’empêche pas les métiers dit manuels de perdurer , notamment dans le milieu urbain, grâce à des lieux uniques. Reportage à L’Etablisienne.

Le 21 Février 2017, une équipe d’étudiants de la Web School Factory s’est rendue dans un lieu unique de Paris, L’Etablisienne.

Pour commencer, un peu d’histoire.

Tout commence en 2011 avec Laurence Sourisseau, designer. Sous une pulsion créatrice, elle décide de s’intéresser au maniement du bois et désir une formation rapide et efficace. Cependant, elle se rend vite compte qu’il n’existe aucune formation qui corresponde à ce qu’elle recherche.

Suite à ce constat, elle décide de fonder un lieu spécialement conçu pour les gens désireux d’apprendre la maîtrise du bois sans pour autant y consacrer un temps fou.
De plus, sa volonté est de rassembler dans un espace de coworking des gens souhaitant échanger sur leur expérience personnelle, des conseils ainsi que de l’aide.
L’Etablisienne, “un atelier partage” est né quelques temps plus tard.

Pour facilité votre compréhension, rien ne vaut les mots de la fondatrice elle-même.

Mais pourquoi avoir choisi le bois ?

Cette matière première est l’une des plus simple à appréhender. De plus une majorité du mobilier actuel est fait de bois, et il est très simple de s’en procurer et peu coûteux.

Nous avons également appris que n’importe qui, expert ou novice, peut venir travailler à L’Etablisienne. Des formations sont dispensées dans plusieurs domaines : le travail du bois, la maîtrise, des outils ou des techniques etc.
Les cours dispensés sont animés non pas par des professeurs mais par des intervenants, professionnels ou non, qui échangent leur savoir et leur expériences.

“Dans les métiers manuel, c’est difficile de valoriser son travail.” – Laurence Sourisseau

Aujourd’hui, dans notre société, le travail manuel est considéré comme une voie d’échec scolaire, une absurdité totale ! Il est important de réussir à changer l’aspect péjoratif de ces formations car elles sont essentielles à la société.

Concrètement, L’Etablisienne :

C’est cinq établis qui sont mis à disposition pour permettre aux visiteurs d’exprimer leur créativité, non seulement au niveau du bois mais également dans la confection de meubles et de tapisseries. Cela crée ainsi des relations entre les gens.

De plus la location à l’heure permet un flux constant de personnes puisque tous les jours, c’est environ dix personnes qui franchissent les portes de L’Etablisienne. La location d’un établi ou d’un poste de travail est ouverte à tous, d’une heure à un mois et sans engagement.

La carte d’adhésion annuelle est à partir de 15€ puis est facturée au temps passé, outils inclus, à partir de 3,96 € l’heure.

Pour les espaces de coworking, la location d’un poste de travail est ouverte à tous également, d’une heure à un mois et sans engagement.
La carte d’adhésion annuelle est à partir de 5€ puis est facturée au temps passé, à partir de 2,35 € l’heure.

Un métier ancien et manuel avec des outils modernes

En plus de toutes les machines classiques utilisées pour la découpe du bois, on retrouve également à L’Etablisienne des machines beaucoup plus modernes comme des imprimantes 3D, des découpeurs laser, des outils attirant une clientèle plus jeune et intéressée. Ces machines sont le coeur des formations numériques, comprenant des cours de Sketchup, de découpe laser ainsi que de pilotage de la réserve.

Certains habitués de cet endroit travaillent dans le milieu du numérique et ressentent le besoin de toucher au bois pour se reconnecter avec la réalité.

“Cela leur fait remonter des souvenir, des odeurs et leur permet de toucher un objet concret, un fait simple mais important dans ce monde où tout est dématérialisé.” – Laurence Sourisseau

Des Beaux Arts à L’Etablisienne

Dans un petit établi, nous avons rencontré la fondatrice et Bérangère, 26 ans, salarié à L’Etablisienne.

Issue d’une formation artistique aux Beaux Arts de Versailles, elle découvre sa passion pour la fabrication de meubles lors d’ateliers sculpture. Elle découvre quelques temps plus tard L’Etablisienne et s’y rend régulièrement jusqu’à devenir une salariée.

Pour elle, le travail manuel revient à la mode et il lui semblait important qu’elle fasse un métier où elle pouvait produire elle même ses créations. C’est cet aspect de contact réel et rassurant avec les objets, qui l’a séduite.

Pour elle, une journée type c’est : utiliser les lasers de découpe, réparer les tapisseries des différents sièges et fauteuils, faire de la création et entretenir les machines qui sont extrêmement fragiles.

Retour sur l’interview de Bérangère :

À L’Etablisienne, la maîtrise du bois est complète, simplifiée par le coworking ainsi que la bonne humeur qui y règne.

Un bel exemple de l’alliance entre la tradition et l’innovation.

Lors de notre visite, nous avons tous été impressionnés par la volonté de la fondatrice de créer un espace de coworking dédié à un métier manuel, ouvert à tous et ou les gens peuvent transmettre et développer leur savoir. L’Etablisienne est un endroit agréable qui mêle outils traditionnels et nouvelles technologies.

Un lieu empreint d’émotion, reposant et unique.

Cet article a été réalisé, dans le cadre du cours de Rédaction Web à La Web School avec Gayané Adourian, par : Camille Vandemeulebrouck, Anais Raymon, Pierre L’Hopital, Greg Saada et Alessio Miral.

À propos La rédaction

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*