Nouveaux métiers & Coworking : à quoi ressemble l’entreprise de demain ?

Directeurs généraux, DRH, développeurs, designer, du très beau monde était réuni le 22 Septembre 2016 à l’Ampli de Kea & Partners à l’occasion de l’Open Day de l’Innovation Factory.

L’Open Day, c’est la grande réunion de tous les partenaires et collaborateurs qui gravitent autour de l’écosystème Innovation Factory. Au programme de cette édition : une après-midi de tables rondes autour du sujet des nouveaux espaces et organisations de travail.

Cet après-midi a été l’occasion pour nous de découvrir une image  des partenaires qui est peu transmise lors des différents projets effectués avec eux : ils nous ont parlé de leurs projets, leurs échecs parfois, et surtout leurs méthodes de travail. Ce fut l’occasion pour nous de découvrir leur quotidien et de se rendre compte du faible écart avec le nôtre !

Autour de la première table ronde « Les métiers qui inspirent », se sont présentés à nous quatre partenaires, aux métiers peu répandus !

Tout d’abord, Virginie Lombard (@InnovNina), exerçant au Feel Good Lab,  et Sonia Akstar, de l’incubateur de Paris & Co le Labo de l’Édition, (@s0niaAkhtar) ont partagé autour du métier de Chief Happiness Officer. Le principe: cultiver la joie au travail en appliquant les principes fondamentaux de l’UX (User Experience) et du Design Thinking aux vies des collaborateurs dans le but de placer la collaboration au coeur de leur travail.

Leur mot d’ordre : être à l’écoute, observer, et proposer à chacun un climat propice à la collaboration, au partage, et à la bonne humeur dans un contexte où le temps passé sur le lieu de travail (notamment les start up) est incalculable !

Dans cette logique d’observation, Thilbaut Viort du groupe AccorHotels a éclairci avec nous le métier de Chief Disruption and growth officer. Un terme complexe qui englobe une veille poussée du marché, dans le but de trouver ou inventer de nouveaux métiers non exercés au sein du groupe, voire même inventer de nouveaux territoires à conquérir (location d’appartement de luxe, collaboration avec les étudiants… ).

L’objectif: orienter le travail des équipes en fonction des réels besoins identifiés, tester leurs solutions en externe ou en interne, et trouver les sociétés idéales à une collaboration efficace.

 Enfin, le dernier métier présenté par Thibaut Bayart du groupe Mulliez a attiré notre curiosité sans vilain jeux de mots : Directeur de la curiosité ! Après avoir créé lui même ce terme et ce métier, il est devenu le premier sur Terre à exercer ce métier ! Sa mission est d’être curieux, en se renseignant sur tout ce qu’il se fait aujourd’hui autour du Web, des nouvelles technologies, grâce à ses équipes et ses « Curiosity Offices » répartis sur le globe ! Comme les autres membres de cette table ronde, un des objectifs est de réussir à innover en interne, et donc à faciliter les collaborations au sein du groupe !

A nouvelles méthodes de travail, nouveaux espaces! 

En effet, dans cette idée de collaboration et de volonté de se sentir comme chez soi au travail, une deuxième table ronde ainsi que différentes présentations ont été réalisées sur le thème de l’organisation des espaces de travail !

anticafe-republique
Nous avons notamment pu écouter les témoignages de Bonkers (les designers des espaces AntiCafé), Ramy Fischler (designer des bureaux de Twitter) ou encore Nexity (avec son offre Blue Office) et Steel Case (avec le projet The Camp) autour de leur vision de l’Open Space, et des espaces qu’ils ont conçu. 

«  L’espace de travail aujourd’hui n’est plus un simple bureau : il doit proposer un peu d’hôtellerie, de restauration, de divertissements, … » – Ramy Fischler, Designer Industriel.

En effet, à l’heure où le télétravail se répand, il faut réussir à donner envie aux collaborateurs de venir sur leur lieu de travail. Pour ce faire, l’objectif est de transformer le bureau traditionnel en un espace social, créant ainsi une diffusion d’une culture d’entreprise, de valeurs, de partage et de collaboration.
Des espaces adaptables, des open spaces, des bars à sieste, des salles de jeux , des restaurants, etc, semblent former aujourd’hui les composantes d’un établissement de travail moderne! 

Un luxe réservé à l’élite?

Toutefois, même si les espaces présentés sont splendides, Alexandre Crenn, étudiant en 5ème année à la Web School Factory a pointé du doigt le fait que ces magnifiques espaces sont réservés à des entreprises aussi grandes que la Société Générale. Comment une TPE ou une usine par exemple pourrait se permettre de créer des espaces de 2000 m2 dédiés à la détente?

De nouvelles solutions voient le jour, notamment la start up Eneixia et de leur solution Feeling Lab, qui propose de simples cubes en bois assemblables, permettant de créer fauteuils, bancs, tables, salles de réunion, et démontables à tout moment. Le luxe d’une salle de repos qui n’est plus un simple couloir contenant une machine à café semble donc plus accessible !

espace-coworking
 Ces nouvelles méthodes de travail, de conception, d’observation, ou même d’organisation d’espaces, couplées à l’ensemble des start up présentées par Alexandre dressent un tableau de l’arrivée d’un chamboulement dans les métiers traditionnels que nous connaissons!

Que feront nous comme métiers demain ? Le monde sera-t-il rempli de curieux? Ou chacun va-t-il inventer son propre métier? Va-t-on bientôt retrouver des campus à la Google qui seront un véritable lieu de vie pour les salariés?

Merci à Anne Lalou d’avoir orchestré cet après-midi enrichissant, et à tous les intervenants d’avoir partagé avec nous leur expérience !

Jeanne Derain et Lucas Leclerc

À propos Jeanne Derain

Etudiante à la Web School Factory (Promotion 2019)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*