Comment optimiser votre journée de travail d’entrepreneur ?

Comme l’explique Pierre Lange dans son article sur la santé de l’entrepreneur, la vie d’entrepreneur est un marathon ! Suite à notre visite au salon de l’entrepreneur 2017, nous avons découvert et mis en pratique plusieurs méthodes pour optimiser notre journée de travail et ne pas tomber dans le piège du fameux burnout.

Une bonne journée ça se prépare avant de commencer !

L’Homme a des besoins primaires à satisfaire absolument. Le sommeil en fait parti. Listons-les par temps maximum durant lequel nous pouvons nous en passer.

  • En première position : l’oxygène avec seulement 4 minutes de privation maximum (sauf entrainement particulier)
  • Ensuite, l’eau de 2 à 3 jours
  • Puis tout de suite après, le sommeil
  • Le besoin de manger arrive bien plus tard contrairement à ce que l’on pourrait croire

Par conséquent, le sommeil est l’une des membrane la plus sensible et la plus représentative de la santé d’un entrepreneur. Être attentif à son sommeil est très important. Il faut donc le connaître.

Un bon sommeil ne se résume pas seulement à la quantité. Il y a aussi sa qualité.

La somnolence est la première cause de mort en France. Elle est liée à une privation (donc à la quantité). Privation de sommeil répétée = dette de sommeil. Des études menées par l’observatoire de la santé des dirigeants de PME montrent une moyenne de sommeil de 6h30 en semaine pour un entrepreneur, 7h30 en week-end et surtout, 8h30 en vacance ce qui prouve cette privation. Pour palier à cela, vous pouvez essayer les siestes en journée.

La fatigue n’est pas liée à la privatisation mais à la qualité du sommeil. Cela est beaucoup plus difficile à contrôler car plusieurs facteurs entrent en jeu : le calme du lieu, les tracas du quotidien, etc. En cas de mauvaise qualité de sommeil répétée, il faut pouvoir déterminer le ou les facteurs qui en sont la source. Pour cela, j’utilise l’application Sleep Cycle qui analyse mes nuits. Reste à trouver ce qui cloche le cas échéant.

Les 8h – 17h avec 1h de pause déjeuner ?

Vous croyez peut être que vous pouvez travailler de 8h à 17h ou plus en étant efficace pour n’importe quelle tâche ? C’est raté ! Faites quelques recherches sur l’efficacité intellectuelle au cours d’une journée et vous remarquerez que le moment où vous êtes le plus efficace est la fin de matinée.

Extraite du livre Gestion du temps de Pascale Belorgey

Je vous conseille donc de prendre cette information en considération pour organiser votre journée. Par exemple vous pourriez désactiver toutes sources de distraction de 10h à 12h et vous laisser un temps après déjeuner pour traiter les demandes accumulées.

Les distractions

Parlons justement de ces demandes que vous recevez à longueur de journée. Vous recevez trop de notifications ? Vous vous sentez submergé ? Ce n’est que le début ! Il va falloir trouver une solution pour les gérer car chaque notification entraine une distraction possible et leur nombre ne cesse d’augmenter d’année en année.

Il faut savoir que dès que vous lisez un message, un email, une notification, 3 minutes sont nécessaires à votre cerveau pour se reconnecter à la tâche que vous étiez en train de réaliser.

Pour éviter ces interruptions qui nuisent à votre business, vous pouvez activer la fonction “do not disturb” disponible sur iPhone, Android, maxOS, Windows et autres applications tierces. Vous vous dites que vous risquez de rater des opportunités ? Lisez le livre la semaine de 4 heures et vous comprendrez que l’énergie gagnée dans ces moments de concentrations vous laissera le temps de vous créer bien plus d’opportunités.

Savoir s’arrêter pour mieux redémarrer

Si on reprend la courbe de l’efficacité intellectuelle, on remarque que le déjeuner est critique. Vous l’avez déjà ressenti, j’en suis sûr ! Ce moment où vous avez envie de dormir, où vous n’avez pas envie de vous y remettre.

« Mais pourquoi Jamy ? »

C’est très logique Fred. Le corps a besoin d’énergie pour consommer ce que l’on vient d’ingérer. Du coup il s’économise en baissant sa température ce qui entraîne l’endormissement.

Pour palier à cette baisse d’efficacité postprandial, nous avons essayé la sieste flash. Elle doit durer entre 7, 10 et 15 minutes. Pas plus, pas moins ; parce qu’avant, il est difficile de s’endormir et après, il est difficile de se réveiller. Ce timing précis nous fait entrer dans la première phase du sommeil qui permet de récupérer de l’énergie.

Attention, ce type de sieste se prépare :

  • on le planifie dans le calendrier pour éviter d’être dérangé. Idéalement après manger.
  • on s’éloigne de toutes les sources de distraction (téléphone, ordinateur, etc.).
  • on trouve un lieu calme sans bruit. Cette sieste peut se faire assis.

Si vous ne parvenez pas à vous endormir, vous ressentirez tout de même des effets sur votre efficacité. Alors pourquoi s’en priver ?

Le travail c’est bien, mais la vie personnelle c’est sympa aussi…

En fin de journée, il est important de s’octroyer un sas de décompression pour passer de la vie professionnelle à la personnelle déconnectée. 30 à 45 minutes sont généralement nécessaires.

Aujourd’hui, il y a un vrai sujet autour de la “déconnexion”. De nombreuses start-ups lancent des produits pour “déconnecter sa famille” et ainsi préserver les rapports directs. Dans le cas où ce sas de décompression n’aurait pas été fait, vous risquez de ne pas vivre les moments présents avec vos proches.

Finalement, l’entreprenariat ne rime pas avec travailler jour et nuit ?

Tout à fait ! Entreprendre n’est pas seulement une question de masse de travail accompli. C’est aussi et avant tout : être en bonne santé. Le meilleur moyen de faire attention à sa santé est d’écouter son corps !

À propos David RONCHAUD

Etudiant à la Web School Factory (P2018)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*