Réseaux Sociaux : Comment créer un bon contenu ?

Inspiré par Jab, Jab, Jab, right hook de Gary Vaynerchuck

Jab, jab, jab, Right hook est un livre publié fin 2013 par Gary Vaynerchuck qui explique comment réussir à communiquer efficacement sur les réseaux sociaux: a very noisy world.

Quand les marketers élaborent leur stratégie social media, ils tentent toujours de mettre un « K.O. » ou « right hook » (crochet droit). Un coup de pub ponctuel qui augmentera les ventes et mettra les concurrents hors de la compétition. Ce n’est clairement pas la bonne manière et surtout la seule manière d’opérer.

Selon Gary, il faut faire du jab jab. En boxe cela consiste à mettre de petits coups continuellement qui affaiblissement l’adversaire pour que le right hook le mette K.O.

À l’ère du digital où les gens passent en moyenne 3h par jour sur leur smartphone (BloombergBusiness), soit plus de temps que sur la télévision, les marques ont peu changé et vont sur les réseaux sociaux pour faire de la pub. Les utilisateurs, eux, sont là pour toutes les raisons du monde sauf voir de la pub. Il est donc essentiel que les marques réussissent leur transition vers une com digitale plus centrée sur le contenu et le divertissement des communautés. Pourquoi ? Parce que quand cela est bien fait, it sales shit.

Les 6 critères élucidés par Gary Vaynerchuck permettent de mieux savoir comment créer du bon contenu pour les réseaux sociaux:

6 critères clés.

1. Il est natif

Un content natif est un content qui s’inscrit dans la logique de communication de la plateforme. C’est vrai, les réseaux sociaux ont des caractéristiques communes. Mais chacun a un langage bien particulier, une culture et une sensibilité différente.

Facebook est un réseaux social “généraliste”. On peut y mettre son opinion, de belles photos, des videos, des textes sans limites de caractère.

Twitter est beaucoup plus caractéristique. Vaynerchuck compare Twitter à un salon de cocktail ou chacun peut (et doit) exprimer son opinion. Il n’y a pas de place pour les compromis, les 140 caractères exigent un contenu incisif et audacieux.

Instagram se focalise beaucoup plus sur l’image. Si l’image que vous postez sur Instagram n’evoque aucun sentiment aucune idée et/ou n’est pas attrayant pour l’oeil c’est qu’elle n’y a pas sa place.

Tumblr est fait pour accueillir des GIF et des créations originales. Le gif est un format plein de potentiel, s’il y a une plateforme sur laquelle vous pouvez exploiter ce potentiel c’est sur Tumblr.

Pinterest est une plateforme pour collectionner ce que nous aimons. Le site est utilisé par 80% de femmes. C’est le lieu idéal pour poster de belles photos de choses qui donnent envie d’être possédée par les utilisatrices de la plateforme.

Le content est certainement roi mais le contexte est Dieu. Pour être natif, le contenu doit être qualitatif sans jamais ignorer le contexte du réseau social sur lequel il est publié.

Pourtant la plupart des marketers ne prennent pas systématiquement en compte le contexte car ils vont sur les réseaux sociaux pour vendre. Pour faire un bon content natif, il faut donc laisser de côté la volonté de vendre. Créer un content qui ressemble le plus à celui d’un ami afin d’être consommé de la même manière.

2. Il s’inscrit dans l’activité du consommateur

Un utilisateur se rend sur un réseau social pour consommer un type de content spécifique à la plateforme. Vous ne devez en aucun cas l’intérrompre dans la consommation de son divertissement. Si ce que vous postez est incompréhensible ou est perçu comme de la publicité, c’est la meilleure manière de vous faire détéster. À l’inverse, si vous procurez une expérience divertissante aux utilisateurs vous avez plus de chance de constater l’effet inverse. Votre content doit s’inscrire dans le divertissement que les utilisateurs viennent consommer.

3. Il ne fait pas de demande

Le content que vous créez pour une marque doit être fait pour votre audience, pas vous. Soyez généreux, informatif, drôle, inspirationnel. Vous devez créer un content qui a de la valeur pour le consommateur. En aucun cas cela doit être une demande d’achat ou même une promotion. C’est tout l’enjeu du jab. Avec le jab vous construisez une relation émotionnelle avec votre audience, une relation où ils aiment et partagent ce que vous publiez car ils y voient une valeur ajoutée. Et c’est grâce à cette relation que le jour où vous décrocherez votre right hook -une annonce qui incite à l’achat- vous vendrez.

Pour rester dans la métaphore de la boxe, faites du jab-jab-jab-jab-right hook, ce qui serait en com. du give-give-give-give-ask.

4. Il exploite la culture pop

Une génération est définie par sa culture pop. Si vous lui enlevez ça, elle est complètement perdue. Par exemple, si vous enlevez la technologie actuelle à un jeune, vous lui supprimez une partie de sa vie. Que votre audience soit jeune ou plus âgée (pas trop non plus), ils consomment beaucoup l’information via leur téléphone et internet. Profitez-en et montrez à votre audience que vous comprenez leur culture : musique, gossip et autres éléments de leur génération. Vous devez adopter les codes de votre communauté exactement de la même manière que vous achetiez un certain modèle de chaussure pour appartenir à un certain groupe de personne au lycée.

5. Il est micro

Arrêtons de penser content, parlons plutôt de micro-content pour les médias sociaux. Un micro-content est un brun d’information, une humeur, un commentaire, une inspiration que l’on imagine chaque jour, chaque heure pour répondre à la culture du moment, aux tendances et conversations.

Game of thrones va recommencer, parlez-en, un événement inattendu s’est passé lors d’un match, rebondissez-dessus. Faites du jab tout le temps ! Si vous souhaitez que l’on vous entende, communiquez sur tout ce qui peut vous concerner.

6. Il est consistant et attentif

Un micro-content peut beaucoup varier d’un jour à l’autre, mais il doit toujours répondre à la question « Qui sommes-nous ? » pour garder une cohérence. Vous ne pouvez pas avoir une attitude schyzophrène (sauf si vous faites la com d’une association qui lutte contre la schyzophrénie, et encore…). Vous devez rester vous-même et prouver qui vous êtes tous les jours avec du mircro-content. Le micro-content est une manière de s’adapter aux caractéristiques et caprices de votre audience. C’est la façon de vous faire remarquer en se différenciant dans ce monde bruyant.

À propos Yuri MIHAILEANU

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*